Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 
 

Un musée à la mémoire de la résistance des femmes au fort de Romainville

Dans le cadre du concours « inventons la métropole » 19 projets ont été sélectionnés pour la Seine Saint-Denis ». Le projet retenu pour l’aménagement du Fort de Romainville préserve les principaux lieux qui gardent les traces de l histoire du Fort  pendant la seconde guerre mondiale.

 

Nous saluons avec satisfaction cette décision. Depuis de nombreuses années, avec nos camarades résistantes, déportées, avec nos élu-e-s nous demandons qu’un mémorial pédagogique  à la résistance des femmes soit érigé à cet endroit.

 

Nous saluons et soutenons l’action du collectif pour la sauvegarde et la valorisation du Fort de Romainville, qui rassemble les associations et la fondation pour la mémoire de la Resistance et de la déportation, ainsi que le musée national de la résistance et la pétition qu’il a initié. Le fort de Romainville est un lieu historique et mémoriel singulier. 7000 personnes y furent internées dont 4000 femmes. C’est de là que sont parties en particulier  les 230 du premier convoi de femmes dit « des 31.000 »le  24 janvier 1943. Seules 49 sont revenues.

 

Parmi ces femmes de nombreuses jeunes communistes dont Danielle Casanova, Marie-Claude Vaillant Couturier, Charlotte Delbo, Madeleine Odru, etc… De leur courage magnifique, nos rues, nos écoles, nos crèches et nos bibliothèques, portent témoignage.

 

Mais cela ne suffit pas. Comme l’écrit Odette Niles, ancienne internée du camp de Châteaubriand, « quel lieu plus emblématique que le Fort de Romainville pour symboliser les femmes au cœur de la résistance, de l’internement ou de la déportation? … Notre département doit pouvoir se souvenir et montrer aux jeunes ce pourquoi leurs mères se sont battues jusqu’à la mort pour beaucoup d’entre elles ». Aussi, nous voulons associer notre voix, dans un esprit de rassemblement, aux côtés des communes, en particulier celle des Lilas, du département, de la région, de l’état à celle des associations pour la création d’un Musée de la résistance des femmes.

 

Dans les casemates du Fort des graffitis de prisonnier-ères sont conservé-e-s et leur valorisation doit permettre une mise à disposition pédagogique. Les jeunes pourront ainsi s’approprier cette page d’histoire terrible, mais aussi héroïque et qui porte les valeurs de liberté et de solidarité.

 

Le travail commence, nous restons en soutien aux associations, au collectif et disponible pour faire partager l’histoire.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.