Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 

Votre élue au Sénat

Éliane ASSASSI

Sénatrice de Seine-Saint-Denis, présidente du groupe CRC
Présidente du groupe CRC

 

Le blog d'Eliane Assassi

Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

  • Une attaque contre les droits fondamentaux et la dignité humaine

    Madame la présidente, madame la ministre, mes chers collègues, alors que plusieurs mouvements populistes, voire néofascistes, creusent leur sillon au cœur de l'Europe, le dossier des migrants s'est installé ces derniers mois comme une thématique d'actualité importante et révélatrice d'une profonde crise au sein de l'Union européenne.
    Avec – certainement – en ligne de mire l'échéance électorale à venir et – justement – le scrutin européen de mai prochain, le Gouvernement et sa majorité En Marche défendent (...)

    - Lois

  • La lutte contre ce fléau exige mieux

    Madame la présidente, madame la secrétaire d'État, mes chers collègues, nous voici donc au terme d'un débat ô combien médiatique, dont nous avons été saisis plusieurs fois ces derniers mois : d'abord à l'occasion de l'examen de la proposition de loi de M. Bas, à la suite de la mission d'information conduite par Mme Mercier, puis par le Gouvernement, qui nous a présenté le mois dernier un projet de loi largement revu après l'avis du Conseil d'État.
    Réunie au Sénat lundi dernier, la commission mixte paritaire (...)

    - Affaires sociales /

  • Ce texte est une simplification, bienvenue, du droit

    Cette proposition de loi vise à endiguer le phénomène inquiétant des rodéos motorisés en créant un délit spécifique puni d'un an de prison et 15 000 euros d'amende, en prévoyant aussi des circonstances aggravantes et un délit complémentaire d'incitation.
    Certes, les rodéos sont un fléau qui exaspère élus et riverains. Cependant, plusieurs dispositions du code de la route permettent d'appréhender les auteurs de tels faits. En réalité, ce texte est une simplification, bienvenue, du droit.
    Cependant, le groupe (...)

    - Lois / ,

  • M. le Premier ministre, allez-vous continuer à couvrir le silence du ministre de l'Intérieur ?

    Monsieur le Premier ministre, dès jeudi dernier, je vous ai interrogé sur l'affaire Benalla, devenue une affaire d'État.
    Les choses sont maintenant sérieuses. Nous ne saurions nous contenter de réponses dilatoires de votre part. Non, il ne s'agit pas de l'affaire d'un seul homme. Non, vous n'avez pas agi en temps et en heure.
    Votre ministre de l'intérieur, après avoir, ce même jeudi 19 juillet, dans cet hémicycle, omis de dire la vérité, a systématiquement joué le rôle de l'ingénu lors de son audition (...)

    - Les questions d'actualité /

  • Cette affaire fait vaciller nos institutions

    Monsieur le président, je veux d'abord souligner que je souscris pleinement aux propos que vient de tenir Mme la présidente de la commission des affaires économiques.
    Comme vous l'avez dit, une crise politique a éclaté la semaine dernière. Il est vrai que cette crise a pris une tournure particulière, et une certaine gravité, durant le week-end, avec de nouvelles révélations : outre celles de ce matin, nous avons appris que M. Benalla était détenteur d'un badge qui lui permettait de pénétrer jusque (...)

    - Les rappels au règlement /

  • Nous demandons l'audition en urgence de Gérard Collomb et de Nicole Belloubet

    Monsieur Philippe BAS Président de la Commission des Lois
    Monsieur le Président,
    Je me permets d'attirer votre attention sur les révélations parues hier soir dans le journal Le Monde, relatives au chargé de mission de l'Elysée, collaborateur du Président de la République, qui a commis des actes d'une rare violence à l'égard d'une personne à la suite de la manifestation du 1er mai dernier.
    Le parquet de Paris a ouvert ce matin une enquête pour chefs de violence par une personne chargée d'une mission de (...)

    - Les courriers officiels /

  • L'affaire Benalla, une affaire d'État

    Monsieur le Premier ministre, nous avons appris qu'un proche collaborateur de M. Macron à l'Élysée, M. Alexandre Benalla, avait commis de graves violences, affublé d'un casque et d'un brassard de police, en marge d'une manifestation du 1er mai. Les faits étaient connus de sa hiérarchie, puisqu'il a été mis à pied quinze jours, avant d'être réintégré, ce qui est invraisemblable. De toute évidence, cet homme aurait dû être jugé et sanctionné.
    M. Bruno Roger-Petit, porte-parole de M. Macron, a avancé ce matin (...)

    - Les questions d'actualité /

  • L'assurance chômage à la botte du gouvernement

    J'interviens en lieu et place de mes collègues Laurence Cohen et Cathy Apourceau-Poly, qui ne peuvent malheureusement être présentes ce matin pour la fin de l'examen de ce texte.
    La commission des affaires sociales du Sénat a dépassé les ambitions du Gouvernement : non seulement la majeure partie des dispositions contenues dans le projet de loi ont été adoptées, mais, en plus, de nouvelles mesures régressives ont été proposées et adoptées par notre assemblée.
    Selon vous, madame la ministre, le volet (...)

    - Affaires sociales /

  • Le gouvernement et la droite sénatoriale s'accordent pour libéraliser la formation professionnelle

    Ce projet de loi d'origine gouvernementale, déjà porteur de régressions sociales lors de la présentation à la commission des affaires sociales, a dépassé les ambitions du gouvernement. Non seulement, la majeure partie des dispositions qu'il contenait ont été maintenues, mais en plus, de nouvelles mesures régressives, proposées par la Ministre et la majorité sénatoriale, ont été adoptées.
    Le volet formation professionnelle était censé, selon Muriel Pénicaud, rendre "concrets et effectifs" les droits des (...)

    - Les communiqués de presse /

  • Pour la première fois de son histoire, la SNCF ne sera plus « chez elle » à la gare du Nord

    Hier, lors d'un conseil d'administration extraordinaire, la SNCF Mobilités a annoncé avoir conclu un accord sur la privatisation de la gare du Nord. Dans la perspective des Jeux Olympiques, la gare doit tripler de volume d'ici 2024. 600 millions d'euros seront investis dans ce projet.
    La plus grande gare d'Europe va devenir le fleuron de la politique macronienne en étant la première gare détenue par une entreprise privée. Associée au groupe Auchan via sa filière immobilière Ceetrus, la SNCF ne sera, (...)

    - Les communiqués de presse / ,