Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 
 

Communiqué du groupe communiste, citoyen, Front de Gauche pour une alternative sociale et écologique" du Conseil général de Seine-Saint-Denis : PPP en Seine-Saint-Denis : une signature comme un aveu !

Réunis comme dans une étrange et nouvelle majorité, le PS et la droite ont signé publiquement jeudi dernier les contrats de partenariat public/privé avec les 2 grandes entreprises du bâtiment Eiffage et Fayat pour la construction et/ou la rénovation de 12 collèges.

Claude Bartolone, qui n’a jamais fait jusqu’à maintenant d’un événement public et solennel les signatures d’appels d’offres de marchés publics, choisit pourtant de présenter ici une bien drôle d’affiche : Un président socialiste, soi-disant défenseur du service public et hostile au « libéralisme dégénéré », se pose, décontracté et souriant aux côtés de la droite, en allié des grands groupes.

Comment ne pas être choqué ? Car si le recours au Partenariat Public/Privé ne constitue pas en lui-même une privatisation de l’éducation nationale, nous savons qu’il y contribue bel et bien. Se jeter ainsi le sourire aux lèvres vers une telle option est donc non seulement un aveu de résignation mais peut apparaître comme un aveu d’adhésion.

Nous ne pouvons nous y résigner. C’est pourquoi nous avons voté contre les PPP le 15 mars dernier.

Nous n’acceptons pas le raccourci qui consiste à dire ici et là qu’en refusant les PPP, notre groupe s’opposait à la construction et à la rénovation de collèges. Le département a certes besoin d’améliorer la capacité et la qualité d’accueil de ses collégiens mais il ne s’agit pas seulement de prévoir les murs de leurs établissements. Il faut aussi engager une vraie bataille pour que l’Education Nationale octroie le nombre d’enseignants et de personnels d’encadrement suffisant pour que nos élèves puissent évoluer dans les meilleures conditions.

Pour rappel, nous avions dit dès octobre 2010 que nous refusions les PPP et que nous voulions travailler à d’autres solutions pour l’avenir de nos collèges.

Nous considérons que la concertation de notre groupe, membre de la majorité départementale était indispensable dès le départ de la réflexion et non quand le projet était ficelé. Nous déplorons que la concertation des différents syndicats et des associations de parents d’élèves ait été insuffisante. Nous ne comprenons pas le mépris avec lequel Claude Bartolone a traité les inquiétudes et les demandes du Comité Technique Paritaire de notre collectivité et du Conseil Départemental de l’Education Nationale, opposés tous deux au recours aux partenariats privés.

Nous continuons d’affirmer que les solutions proposées aujourd’hui coûteront plus cher à notre collectivité que celles qui auraient pu être trouvées par le biais du service public si de véritables moyens avaient été mobilisés pour privilégier cette option.

Enfin, nous alertons sur une autre réalité qui ne manquera pas de nous rattraper d’ici peu : Ces contrats PPP ne résolvent que très partiellement le problème de l’accueil de nos élèves puisque, si les arguments avancés à propos de la pression démographique sont exacts, il faudra de toutes façons des milliers d’autres places d’ici 2019. Comment pourrons-nous financer alors d’autres établissements ? Claude Bartolone est-il prêt à mettre dès aujourd’hui à l’ordre du jour leur construction en maîtrise d’ouvrage public ? Ou attend-il encore le dernier moment pour nous vendre un recours au PPP sous prétexte de l’urgence ?

Le service public est pourtant la seule garantie d’une égalité dans les droits et dans la facilitation de la vie quotidienne pour nos concitoyens. Notre groupe, avec le Front de gauche, poursuivra son combat pour le préserver, dans la majorité départementale mais aussi avec la population dans un esprit de résistance et de détermination pour construire ensemble une véritable alternative à cette société.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.