Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 
 

Le droit à l'énergie exige un service public de haut niveau

Les cas de précarité énergétique ont augmenté fortement en un an en France, sous l’effet de la crise et de la hausse des factures d’électricité et de gaz.

Le Médiateur national de l’énergie vient de publier un bilan 2011 très fortement marqué par la crise.

Le nombre de saisines a augmenté de 14% l’an dernier : 8044. Plus marquant, les réclamations de clients qui n’arrivent plus à payer leur facture et à discuter avec leurs fournisseurs a augmenté 80% par rapport à 2010, et représente plus de 15% de l’ensemble des saisines.

"La crise économique et la hausse du coût de l’énergie ont aggravé le phénomène de la précarité énergétique", c’est-à-dire la difficulté à payer ses factures d’électricité ou de gaz, et poussé de plus en plus de ménages modestes à demander une médiation, explique l’institution.

Le Médiateur rappelle au passage que les tarifs réglementés du gaz ont augmenté de 25% en deux ans, et ceux de l’électricité de 8%. Les dettes énergétiques s’élèvent à 1900 euros en moyenne.

Le Médiateur juge les dispositifs existants (comme les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz,) insuffisants, même s’ils vont "dans le bon sens". Il propose notamment l’instauration d’une trêve générale des coupures du 1er novembre au 15 mars pour l’ensemble des usagers, sur le modèle de la trêve hivernale des expulsions locatives (une trêve des coupures d’énergie est déjà appliquée mais seulement pour certains consommateurs), et l’instauration d’un "chèque énergie", qui viendrait se substituer aux tarifs sociaux.

En réalité, 4 millions de Français sont en situation de précarité énergétique. Le PCF et le Front de gauche proposent l’interdiction des coupures d’électricité et de gaz pour assurer le droit à l’énergie pour tous.

Ce droit à énergie pour tous à des tarifs accessibles passe par la création d’un pôle public (EDF, GDF, Areva, Total) avec l’abandon de la loi Nome qui impose la concurrence en Europe et par les renationalisations nécessaires, y compris dans le domaine pétrolier.

C’est ce que prévoit le programme du Front de gauche L’humain d’abord. Dans l’immédiat, il faut refuser les coupures.

Jef Duval, technicien clientèle depuis 2008 à l’agence d’Arcueil (Val-de-Marne), est menacé de renvoi pour avoir fait preuve d’humanité. Son crime ? Il lui est reproché de ne pas avoir mis en place ce disjoncteur d’une capacité très réduite de 1000 watts aux foyers dans l’incapacité de régler leurs factures. Cette procédure constitue la dernière étape avant la coupure définitive du courant.

Pour avoir fait preuve de compréhension et laissé un sursis à deux ou trois familles en difficulté cet été, ce technicien de vingt-trois ans est passé le 17 février en conseil de discipline.

Il risque d’être poussé vers la sortie. Cet homme a écouté sa conscience et n’a fait que son devoir. Résister c’est savoir dire non.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.