Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 
 

« Pour une métropole parisienne solidaire, démocratique, égale pour tous », un référendum pour l’Ile-de-France ! (François Asensi )

Le nouveau projet du Gouvernement sur la métropole parisienne constitue une reprise en main radicale de l’Ile-de-France, probablement sans précédent depuis la planification centralisée des années Delouvrier.

En fusionnant sous sa coupe les départements de petite couronne, la future superstructure « Métropole du Grand Paris » disposera de compétences élargies pour l’aménagement des territoires, au détriment des pouvoirs acquis par les communes et les intercommunalités dans le cadre de la décentralisation. Privés de pouvoir décisionnaire, l’échelon communal et les conseils de territoire prévus par le projet gouvernemental, auront pour rôle essentiel de mettre en œuvre la politique décidée par la Métropole du Grand Paris. La coopération cèdera le pas à la marche forcée.

Ne nous y trompons pas : avec cette recentralisation, c’est la disparition des communes comme lieu de la démocratie qui se profile. A terme, les départements de la petite couronne d’Ile-de-France auront vécu.

Cette organisation des pouvoirs locaux approfondira plus encore les inégalités : d’une part à l’intérieur même du territoire de la métropole, puisque rien n’est dit sur la répartition des richesses au sein de la petite couronne. D’autre part entre cette métropole et les zones rurales périphériques de l’Ile de France, avec l’instauration d’une région à deux vitesses.

Cette régression démocratique se double d’une atteinte profonde au pluralisme.

Le mode de gouvernance retenu pour cette métropole, structurellement favorable au bipartisme, écartera la sensibilité communiste de la gestion des collectivités en Ile-de-France.

Un tel bouleversement du paysage institutionnel de l’Ile-de-France mérite autre chose qu’un examen en catimini au cœur de l’été, examen qui plus est marqué par un remodelage complet du projet par la voie discrète d’amendements gouvernementaux déposés en commission à l’Assemblée nationale.

C’est pourquoi je défendrai la consultation par référendum des franciliens, lors de l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale.

L’article 72-1 de la Constitution française garantit la participation des citoyens lors de la création d’une nouvelle collectivité territoriale. Ces consultations se sont développées ces dernières années en Alsace, en Corse. Comment imaginer que cette consultation n’ait pas lieu pour un projet engageant la vie quotidienne de plus de 6 millions de franciliens, dans la première région économique française ?

L’avenir de la métropole parisienne appartient aux habitants ; à eux revient de fixer les orientations fondamentales pour un nouveau pacte métropolitain.

La région parisienne est minée par les inégalités territoriales, avec la constitution d’immenses pôles de richesse qui côtoient des poches d’extrême pauvreté. Tant que perdurera cette fracture territoriale, nul développement économique durable ne sera possible, nulle amélioration fondamentale de la vie quotidienne des franciliens ne verra le jour.

Je regrette que l’indispensable partage des richesses en Ile-de-France, notamment de l’Ouest vers l’Est de la capitale, soit relégué au second rang derrière la question de la gouvernance.

Avant de faire évoluer les institutions franciliennes, évolution indispensable au demeurant, mettons-nous d’accord avec les citoyens sur le contenu politique qui doit être au cœur de cette nouvelle métropole : la solidarité entre les territoires, la transition écologique, le développement dans la justice, et un regain démocratique associant les habitants à la dynamique du territoire.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.