Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil
 
 
 
 

Violences envers les femmes : En Seine-Saint-Denis, 10 ans d’observations, d’actions et de partages (PCF 93)

La fédération de Seine-Saint-Denis du Parti Communiste Français appelle à participer à l’ensemble des initiatives organisées dans le cadre du mardi 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Chaque année, en France, plus de 200 000 femmes sont victimes de violences graves (physiques ou sexuelles), 86 000 sont victimes de viols ou tentatives de viol. 129 femmes sont mortes en 2013 sous les coups d’hommes violents.

Nous nous félicitons que ce problème mondial ait été débattu en France à l’occasion du vote de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes le 4 août 2014.  

Mais cette prise de conscience en appelle d’autres, dans le contexte d’un débat politique plus général en France, et en Ile de France en particulier.

Si certains se posent, non sans arrières pensées, la question de l’utilité d’un Département, nous pouvons leur assurer que le Département de la Seine-Saint-Denis a été précurseur d’une véritable politique nationale de lutte contre les violences envers les femmes.

Il y a plus de 10 ans, le Département de la Seine-Saint-Denis - sous l’impulsion d’un Président communiste - créait l’Observatoire Départemental contre les violences envers les femmes. Cet Observatoire était unique en France et dans le monde jusqu’il y a peu.   C’est la fameuse "clause de compétences générales" que le gouvernement veut supprimer, qui a permis cela.

C’est ainsi que depuis 10 ans, des manifestations ont lieu pour que ne soit pas banalisé le meurtre d’une femme sous les coups de son conjoint. En 10 ans, le dispositif "un toit pour elle" a été crée et permet d’abriter d’urgence les femmes menacées. Des dizaines d’actions ont été organisées, dans les collèges, pour généraliser la lutte contre le sexisme. Le téléphone d’urgence pour les femmes en grand danger a été pensé dans notre département et expérimenté avec l’aide des services de la justice. Des centaines d’actrices et d’acteurs ont été formé pour gérer le phénomène du mariage forcé et de l’excision… Voilà le bilan du Département de la Seine-Saint-Denis auquel ont fortement contribué les élu-e-s communistes.

 Nous sommes également inquiets des effectifs toujours plus réduits pour la justice, la police ou encore l’éducation nationale pour agir efficacement contre les violences envers les femmes. Pour nous, ce combat le mérite. L’argent existe, utilisons-le pour le bien-être des populations et non au profit des actionnaires.

 A l’heure où encore récemment certains élus, y compris dans notre département, tentent de remettre en cause le droit à l’IVG, que les femmes du monde entier, et en Seine-Saint-Denis en particulier,  sachent qu’elles pourront toujours – hier, aujourd’hui et demain - compter sur le Parti Communiste Français, ses militant(e)s et ses élu(e)s.

Pantin, le 24/11/14

 

 

 

 

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.