Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)

Fédération PCF de Seine-saint-Denis (93)
Accueil

 

Bienvenue à la Fédération PCF du 93

Bienvenue à la Fédération de Seine-Saint-Denis du PCF

14 rue Victor Hugo
93500 - PANTIN
Tél.- 01.48.39.93.93
Fax - 09.53.04.27.47
fede@93.pcf.fr

Abonnement Newsletter

Agenda départemental



Agenda national



 

Le Maire de Bagnolet cautionne l’inacceptable (Communiqué de Laurent Jamet - Président du groupe Front de gauche et citoyens)

Suite aux déclarations de Monsieur PARAT traitant les femmes ayant recours à l’IVG de « meurtrières » et de « barbares », le groupe Front de gauche a déposé un vœu au Conseil Municipal demandant au Maire de retirer à ce dernier les délégations qu’il lui a confiées.

Monsieur DI MARTINO, maire socialiste de Bagnolet, a rassemblé sa majorité pour rejeter cette demande, renouvelant de fait sa confiance à Monsieur PARAT. Cette attitude est en contradiction avec celle de Monsieur COSME, Président de l’intercommunalité, obligeant Monsieur PARAT à démissionner de son poste de vice-président de cette assemblée. Ainsi, Monsieur COSME a déclaré « l’exercice au sein d’une communauté d’agglomération passe par une communauté de points de vue ».

La Seine-Saint-Denis debout contre l’austérité !

Dans notre département l’austérité est encore plus insupportable.

La Seine Saint -Denis ce sont les taux de chômage et de pauvreté les plus élevés,  les revenus les plus bas par habitant d’Ile-de -France.

L’austérité ce sont des services publics affaiblis.  Alors que l’école, la santé, la sécurité… y sont encore plus mal loties qu’ailleurs  le gouvernement en rajoute.

Les politiques du gouvernement Hollande-Valls cassent de façon systématique les droits des salariés, (précarité généralisée, travail du dimanche, …) et instaurent une nouvelle cure d’austérité après celle des années Sarkozy. 

 
 

La bombe à Macron, par André Chassaigne

La présentation du projet de loi « Macron » pour « libérer l’activité » ne fait que confirmer l’ancrage libéral de l’exécutif. Le Président de la République et le Premier ministre font la promotion de ce texte comme une loi de « progrès et de liberté » et prétendent « s’attaquer à la rente ». En vérité, cette loi est une bombe libérale qui fait du droit une marchandise, qui entérine de nouveaux reculs pour les salariés, qui privatise des aéroports rentables pour les offrir à des fonds étrangers avides de nouveaux profits, comme on le voit à Toulouse ou à Nice.

Parmi la centaine d’articles de ce texte, on créée également pour nos concitoyens un transport de 3ème classe en autocars, qui contribuera à torpiller au passage le service public ferroviaire, la sécurité des voyageurs et qui va clairement à l’encontre de la transition énergétique.

Nouvelle stigmatisation de la Seine Saint Denis, nouvelle étape dans la construction d’une école inégalitaire.

Déclaration de Marine Roussillon, animatrice du réseau école du PCF et Nathalie Simonnet, secrétaire départementale du PCF 93.

Pour la Seine Saint Denis, comme pour tous les territoires, nous revendiquons l’égalité et la qualité de l’enseignement pour tous les élèves.

Mais l’idée que tous les enfants sont capables de réussir ne semble pas partagée par tous. Quand, mercredi 19 novembre, madame Vallaud-Belkacem, accompagnée de Claude Bartolone, se déplace en Seine Saint Denis, ce n’est pas pour annoncer que le gouvernement aurait, enfin, créé les conditions nécessaires au recrutement d’enseignants à la hauteur des besoins. Non. La ministre de l’éducation nationale, en réponse aux mobilisations des personnels, a affiché sa conception inégalitaire de l’école en fonction des territoires.

En Seine Saint-Denis, la droite liquide la liberté de création et méprise les publics populaires (Communiqué du PCF93 - collectif Culture)

Il y a des mots que la droite ne supporte pas. Particulièrement dans notre département. Par exemple « culture », « artistes », « associations ». Dans les villes qu’elle gère, quand elle entend ces mots, elle sort ses ciseaux pour tailler dans les budgets et subventions sous les applaudissements de l'extrême-droite.

Ainsi, après les maires UDI  de Saint Ouen où l’espace 1789, le festival Jazz des puces et Mains d’œuvres paient les frais de coupe et de Bobigny ou plane le doute sur l’avenir réservé des résidences artistiques et de la MC93 et met fin à la présence de Banlieues Bleues, c’est au tour du maire (UMP) du Blanc-Mesnil de mettre fin à l’aventure singulière du Forum culturel du Blanc-Mesnil et à la saison musicale « Opus » animée par « Les siècles », l’orchestre en résidence.

Les prétextes invoqués sont les mêmes dans tous les cas : élitisme et coûts trop élevés. Rien n’est plus faux ! Car ces initiatives font l’objet de financements croisés considérables, de taux de remplissage égaux ou supérieur à 80%, de publics majoritairement locaux.

Révision de la carte des réseaux d’éducation prioritaire : Education ou austérité, il faut choisir ! (PCF93 - Réseau Ecole)

La révision de la carte nationale de l'Éducation prioritaire engagée par le gouvernement est une « rationalisation » qui ne dit pas son nom, pour répondre à des situations nouvelles avec un budget insuffisant. C’est la mise en œuvre de la politique d’austérité dans l'Education nationale qui continue !

Monsieur Hollande, où est passée l’ambition pour la jeunesse que vous affichiez dans votre programme ?

Ainsi, en Seine-Saint-Denis, la nouvelle carte des REP+ concentre sur très peu d’établissements, selon un mode  d’attribution très opaque, des moyens supplémentaires qui sont, en fait, un redéploiement des dotations au détriment des établissements voisins. Cela se traduit par des fermetures de classes, des augmentations d'effectifs, des suppressions de postes et des diminutions des budgets.

Une réforme des cotisations d’employeurs est nécessaire (par Catherine Mills, Maître de Conférences honoraire à l’Université Paris-I et 
membre de la commission économie du PCF)

La politique familiale du gouvernement est-elle prometteuse ? Catherine Mills, Maître de Conférences honoraire à l’Université Paris-I, 
membre de la commission économie du PCF, estime nécessaire une réforme des cotisations d’employeurs.

François Hollande, lors de sa conférence de presse du 14 janvier, a annoncé la suppression des cotisations patronales aux allocations familiales et le transfert du financement sur les familles elles-mêmes. Jean-Marc Ayrault a surenchéri en osant affirmer que les allocations familiales, ce n’était pas la Sécurité sociale, et que ce n’était pas au patronat de payer. Or, cela permet de relancer le pouvoir d’achat des familles, de développer la consommation, donc la croissance. Cela vise aussi des objectifs démographiques en contrecarrant le ralentissement du taux de fécondité, comme dans la deuxième moitié des années 1960. Cela contribue au renouvellement des générations et à la dynamique d’une force de travail bien formée et productive.

La politique familiale est partie intégrante de la Sécurité sociale, avec le principe de l’universalité et la compensation du coût de l’enfant. Le quotient familial visait à encourager la venue de l’enfant et soutenir la démographie en aidant en priorité les familles nombreuses. À l’inverse, un ciblage des politiques familiales sur les seuls plus modestes peut conduire les ménages aux revenus à peine plus élevés à renoncer à la venue d’un nouvel enfant.

A la Une en Seine-Saint-Denis

Flux rss

 

Pépites vidéos

  • Loi Macron : "Retirez votre loi avant qu'il ne soit trop tard" (Pierre laurent)

Discours de Pierre Laurent à Martigues

Dans les médias

  • Manuel Valls a la volonté d'en finir avec la gauche - O. Dartigolles invité de l'Opinion

  • Pierre Laurent invité du Grand Jury RTL

  • Olivier Dartigolles invité d'Europe 1 le 25 novembre 2014

  • Pierre Laurent invité de France 3 - Dimanche 16 novembre